Pages

mardi 25 février 2014

#Généathème : Le document du mois : Le journal de Léontine entre 1879 et 1916

Février. C'est le mois qu'a choisi Sophie Boudarel pour nous inciter à vous faire découvrir un document qui nous tient particulièrement à cœur.

Je voudrai pour ce généathème vous faire découvrir la vie de Léontine DUPUY, mon arrière-arrière-grand-mère à travers un document qui à mes yeux est exceptionnel : le journal qu'elle a écrit entre 1879 et 1916 et dans lequel elle relate d'abord ses voyages puis sa vie pendant la guerre de 14-18. 




Léontine DUPUY épouse TAJASQUE
Mon arrière-arrière-grand-mère



Nous avons souvent une idée de la vie de nos ancêtres masculins à travers les métiers qu'ils ont pu avoir ou leur parcours militaire.
Mais les femmes ? Que sait-on d'elles ? Que peut-on apprendre des archives sur elles et sur leur vie ?
On découvre parfois qu'elles sont lingères, blanchisseuses, ... mais la plupart sont "sans profession" et désignées seulement dans les actes comme "fille de ..." jusqu'à leur mariage pour ensuite devenir "femme de ..".


Imaginer leur vie est donc difficile et j'ai d'autant plus de plaisir à vous faire partager le témoignage de Léontine à travers son journal que j'ai récemment trouvé dans les armoires de ma grand-mère.

Journal de Léontine DUPUY épouse TAJASQUE entre 1879 et 1916
Cliquez sur le titre pour accéder au document en ligne !


LLéontine est une jeune fille de 19 ans quand elle épouse Jacques TAJASQUE, Lieutenant de vaisseau de 37 ans, en septembre 1876 à Toulon (83 - Var). Ils auront ensemble 3 enfants, Albert, Léon et Georges. 

Pour rappel, c'est Léon, Mort pour la France le 4 juin 1917, à qui j'ai rendu hommage dans mon article de novembre dernier que vous pouvez lire ou relire ici. 



J'avoue que je ne m'imaginais pas la vie de mon arrière-arrière-grand-mère comme çà !
Je pensais que Léontine était une femme au foyer sans histoire ni grand-chose à raconter...
Pour tout vous dire, quand j'ai trouvé ce carnet, et le moment d'émotion passé (j'avoue, j'avais les larmes aux yeux !) quand j'ai lu les premiers mots...


 ... je n'ai pas imaginé une seconde que c'était la mère de mon AGP qui avait pu écrire ces lignes !
J'ai tout de suite pensé à son mari Jacques TAJASQUE qui a eu une vie passionnante que je vous détaillerai dans un prochain article.

Voyage d'Algérie, janvier 1879...
Je ne pensais pas qu'on pouvait aller aussi loin juste pour quelques semaines à cette époque !

Léontine a dû penser qu'écrire sur la vie quotidienne n'avait pas d'intérêt, alors elle a décidé de décrire chaque année ses vacances estivales pendant lesquelles elle a fait de nombreux voyages.
    • Janvier 1879 : voyage en Algérie (page 001)
    • Septembre 1885 : voyage à Brest (page 003)
    • Septembre 1891 : voyage à Paris par Nîmes et Vichy - retour par Genève (Suisse) (page 004)
    • Octobre 1896 : voyage à Paris et dans l'Est (page 005) : Reims (page 005) - Bazeilles (Musée de la dernière Cartouche) (page 005) - Verdun (page 007) - Nancy (page 007) - Epinal (page 008) - Besançon (page 008) - Mouchard et Pontarlier (page 009) - Lausanne (page 009) - Genève (page 009) - Chambéry (page 009) - Grenoble (page 010) - Saint Laurent du Pont (page 010) - La Grande Chartreuse (page 010) - Toulon (page 011)
    • Juin 1900 : voyage à Chamonix (74 - Haute-Savoie) et en Suisse (page 012) pour passer l'été en famille - arrêt à Grenoble (page 012), à Annecy (page 012), à Saint-Gervais (page 014), à Chamonix (page 0115), et à Montreux (suisse) (page 026).
    • Juillet 1901 : voyage à Mens (38 - Isère) (page 026) - Briançon (05 - Hautes-Alpes) (page 027) - Grenoble (38 - Isère) (page 027) - Saint-Pierre-de-Chartreuse (38 - Isère) (page 027)
    • été 1902 : voyage à Monnetier (74 - Haute-Savoie) (page 028)
    • été 1903 : voyage à Chamonix (74 - Haute-Savoie) (page 029) et à Brides-les-Bains (73 - Savoie) (page 030)
    • été 1904 : voyage à Chamonix (74 - Haute-Savoie) (page 031) et à Plombières Les Bains (88 - Vosges) (page 031)
    • été 1905 : voyage à Chamonix (74 - Haute-Savoie) (page 032)
    • été 1906 : voyage à La Bourboule (63 - Puy-de-Dôme) (page 033)
    • été 1907 : voyage à Chamonix (74 - Haute-Savoie) avant d'aller à Interlaken en Suisse. Arrêt à Montreux et à Berne. (page 034)
    • été 1908 : voyage à Morgins (Valais - Suisse) pour l'été (page 035)
    • été 1909 : voyage à Champex (Valais - Suisse) (page036) puis à Viège et Zermatt (Suisse)
    • été 1910 : Léontine est partie à Gréoux (page 037)
    • été 1911 : été à Toulon (page 038)
    • été 1912 : été en Suisse à Engelberg puis à Lucerne, Zurich et Chamonix (France) (page 038-039)
    • été 1913 : voyage à Grindelwald en Suisse puis à Châtel (page 040-041)

Je vous invite spécialement à lire le récit du voyage que Léontine et Jacques ont entrepris en octobre 1896 lorsqu'ils ont quitté Toulon pour Paris et l'Est.
Ils se sont arrêtés dans plusieurs villes et villages de France et de Suisse : Reims -
Bazeilles (Musée de la dernière Cartouche) - Verdun - Nancy - Epinal  - Besançon - Mouchard et Pontarlier - Lausanne (Suisse) - Genève (Suisse) - Chambéry - Grenoble - Saint Laurent du Pont - La Grande Chartreuse  avant de rejoindre Toulon (page 005 à 011). 
Voir transcription en bas de page





Voyage de Léontine et son époux Jacques TAJASQUE en octobre 1896
Cliquez sur le titre pour accéder à la carte en ligne
Source : Google Maps Engine Lite





Malheureusement, en 1914, la guerre éclate.
Je vous propose de lire les premiers mots de Léontine sur la guerre et le départ de son premier fils : Georges. 



Journal de Léontine DUPUY - page 042
Page 042 - Eté 1914

Ayant cette année le bonheur d’avoir mes enfants en congé, nous avions projeté d’aller de nouveau à Engelberg ; nos préparatifs étaient faits et notre départ fixé au 27 juillet, lorsque la veille dimanche 26 les journaux annonçaient que l’Autriche Hongrie avait déclaré la guerre à la Serbie ; la Russie promettant son appui à cette petite puissance, c’était pour nous une guerre très prochaine en perspective, comme alliés de la Russie ; il était donc prudent de retarder ce départ ; nous supposions que ce ne serait d’un retard, espérant toujours que les chefs d’Etat hésiteraient avant de mettre l’Europe à feu et à sang. Hélas, ce que l’on redoutait et ce que l’on souhaitait tout à la fois éclata le 1er août ; A 5h, au moment où Pierre, commandant un contre torpilleur, nous faisait ses adieux,

Journal de Léontine DUPUY - page 043
Page 043 - le canon retentit, la générale, comme un glas funèbre annonçait la mobilisation ; quel affolement, quelles angoisses pour les mères et les épouses, qui s’arrachaient des bras de ceux qu’elles chérissaient. Mon jeune fils Georges accompagné de sa cousine Simone, me conduisit à l’église St Louis. J’ai vécu ce jour-là les heures les plus atroces de mon existence.
Lundi 3 août

Après avoir recommandé mon fils à la Vierge, je me traînais péniblement de magasin en magasin pour l’achat des objets indispensables à mon Geo. Il nous quitta le lundi 3 août 1914 à 5h30 du matin. J’eus le courage de l’embrasser sans verser une larme, ce dont je me serais crue incapable. Accompagné de son père et de son frère Léon, j’ai vu du balcon s’éloigner cet enfant, je lui adressai de la main un dernier adieu, et je

Journal de Léontine DUPUY - page 044
Page 044 - rentrai à bout de forces me prosterner  au pied de la Vierge. Je l’invoquai pour mon Petit, lui demandant de me le ramener et j’adressai les mêmes prières à ma bonne maman.
La guerre ! la guerre ! Que de fois j’ai dû répéter ce mot qui fait frémir pour bien me convaincre que tout ce qui venait de se dérouler n’était pas un horrible cauchemar !
Mardi 4 août

J’ai écrit à mon cher petit à Marseille. Que de tristesse autour de moi, que de larmes…




Quelques mois après le début de la guerre, la vie s'organise autour de la guerre et des blessés.

Journal de Léontine DUPUY - page 050

Page 050 - Lundi 17 août
Pas de nouvelles encore ! Mon Dieu donnez-moi la force de supporter ces angoissantes journées qui s’écoulent si tristement.
Mardi 18 août
J’ai appris par Thérèse que son fils était à Mirecourt avec son régiment et qu’on attendait différents corps d’armée dont le XI ; c’est celui auquel est affecté mon Geo ; le voilà bientôt sur le théâtre de la guerre !
Mercredi 19 août

Toujours rien, c’est atroce de se demander à toutes les heures de la journée, que dis-je, à toutes les minutes : où est-il ? Mon Dieu, mon Dieu ! Protégez mon Petit, rendez-le à sa mère, ayez pitié de toutes les pauvres mères qui souffrent comme moi.



Journal de Léontine DUPUY - page 071
Page 071 – Mardi 6 octobre
J’ai été tellement occupée avec nos soldats blessés que je n’ai pas trouvé une minute pour mon petit cahier. Nous faisons, en ce moment, des plastrons pour nos soldats d’Algérie et les troupes sénégalaises. J’ai envoyé des vêtements chauds à mon Petit. J’ai de bonnes nouvelles jusqu’à présent, que Dieu le protège toujours !
Vendredi 25 décembre 1914

Voilà près de trois mois que je n’avais plus ouvert mon petit cahier : hélas ! Malgré les soucis, les angoisses sans cesse renouvelées, le temps s’écoule sans apporter de notables améliorations ou changements à l’état actuel. C’est la guerre dans toute son horreur, c’est la guerre sans trêve, la guerre continue et dont nul ne peut prévoir la fin. Que nous sommes malheureux, Mon Dieu !


  21 février 1915 : Léontine voit partir son second fils à la guerre.

Journal de Léontine DUPUY - page 074
Page 074 – 21 février 1915

Il est parti, mon Léon, mon Petit ! Cet après-midi à 2h. Son père et son frère l’ont accompagné et je suis restée seule à la maison le cœur meurtri, déchiré, sanglotant, criant, hurlant, pourrais-je dire, demandant à Dieu d’avoir pitié de moi et à sa Ste Mère de veiller sur mon enfant, de le protéger. J’avais, le matin, fait la communion afin d’avoir le courage de supporter cette épreuve, la plus cruelle qui soit imposée à une mère. N’est-ce pas inhumain de m’avoir enlevé cet enfant que j’ai tant soigné ? J’ai peur pour lui ; il ne pourra jamais supporter les fatigues du régiment, bien qu’il soit plein de bonne volonté et très fier d’être militaire et de se rendre utile à son pays. Mon Dieu, Mon Dieu, veillez sur lui et ayez pitié de sa pauvre mère.


15 avril 1915. Description d'un soldat à travers les yeux d'une mère.


Journal de Léontine DUPUY - page 075
Page 075 – 15 avril 1915

Voilà près de deux mois que je n’avais pris mon petit cahier et cependant j’ai pas mal de choses à noter. D’abord mon Léon à la caserne de Lyon dans un lycée moderne près du parc de la Tête d’Or, en face de la gare des Brotteaux, enchanté d’être soldat et surtout d’être à Lyon, hélas trop peu de temps, au bout de 12 jours, envoyé à Nyons (Drôme) un trou de 3 mille habitants, ils sont environ 4 mille hommes répartis dans les écuries, remises, étables, quelle horreur ! Je les ai vus ces bons soldats couchés sur leur sac de paille, car le 20 mars, je suis allée avec mon mari passer 4 jours auprès de notre cher enfant. J’ai eu le bonheur de le trouver en bonne santé, très résigné, mais vêtu comme un mendiant ; capote percée de trous de balles, pantalon velours gris sur lequel avait déteint un pantalon toile bleue ; sa capote était courte, étriquée. Mon fils, si élégant en temps ordinaire était grotesque mais il n’avait pas l’air de s’en soucier, il acceptait tout avec philosophie. 


Ces quelques pages sont un véritable témoignage de la vie de mes ancêtres et de la première guerre mondiale qui me semblait si loin.
A lire les mots d'une mère, on comprend le déchirement qu'a dû connaitre la France lorsque ses enfants sont partis défendre la nation.

Ici s'achève le premier journal de Léontine.




Récit du voyage que Léontine et Jacques TAJASQUE en octobre 1896 lorsqu'ils ont quitté Toulon pour Paris et l'Est (page 005 à 011) :

Page 005
Voyage à Paris et dans l’Est
Exposition de Genève, octobre 1896
Hôtel Donou[1], rue Donou près de l’avenue de l’Opéra.
Nous sommes partis au moment de l’arrivée du gaz.
Par une étrange coïncidence, nous nous sommes arrêtés à Reims pour visiter la cathédrale où l’on fêtait le XIVe centenaire du baptême de Clovis, processions d’évêques, d’archevêques, cardinaux ; dans l’église St Rémy se trouve la châsse[2] de l’Evêque de ce nom (rues Maréchal Drouot, Changy, cardinal de Lorraine, Gambetta, Thiers, St Louis,  Roederer). De Reims nous sommes allés à Bazeilles[3], où nous avons visité la maison de la dernière cartouche et l’ossuaire, visite qui m’a vivement impressionnée. C’est la petite fille de la propriétaire de la maison qui fait visiter. On a recueilli, dans une pièce du rez-de-chaussée, tous les débris de cuirasse, fusil, tout ce que la

Page 006 - Meuse charriait et l’on a fait une sorte de musée. On a fait encadrer la lettre de Napoléon III à Guillaume ; au moment de la défaite de Sedan, l’horloge haute et étroite est arrêtée à l’heure même où les Prussiens lançaient les obus sur la ville, les cloisons sont percées de part en part, tout à été laissé dans le même état. Les chambres du premier, que nous avons visitées ne sont plus habitées ; on voit aussi toujours le désordre de la guerre, c’est lamentable. Nous avons vu la vieille grand-mère au moment où elle prenait son repas du soir. Cette bonne femme s’était réfugiée dans les caves de sa maison et avait pu passer en Belgique.
Il  était déjà nuit quand nous avons visité l’ossuaire où sont contenus les restes des soldats français et prussiens. A droite sont les nôtres et à gauche nos ennemis. Cette crypte se compose d’une suite de petites caves fermées par

Page 007 - des portes à claires voies. Le gardien, pour nous donner des explications et nous montrer les différents crânes alignés sur le sol, passait sa lanterne à travers les barreaux et nous soulignait les détails les plus curieux. J’étais morte de peur, j’osais à peine écouter et encore moins regarder. A l’entrée des portes on avait, aux différents anniversaires, suspendu des couronnes commémoratives. Ce gardien nous avait fait remarquer la différence de grosseur qui existait entre le crâne des Bavarois et des Prussiens. J’avais hâte de voir se terminer cette visite. En quittant Bazeilles, nous sommes allés coucher à Verdun, ville fortifiée, à l’hôtel du Coq hardi, après avoir vu l’hôtel de la cloche d’or. [La] Porte Saint-Paul aux créneaux, autre porte près de la gare, ressemble à la Porte d’Italie. 
De Verdun à Nancy, hôtel d’Angleterre, très belle ville. En quittant

Page 008 - la gare, place avec statue de Thiers. Place St Stanislas, statue du roi de Pologne, superbe place, c’est un immense carré dont les côtés, qui se font face, sont coupés par des portes monumentales en bronze doré ; dans l’intervalle d’une porte à l’autre se trouvent l’hôtel de ville, le théâtre et différents hôtels, arc de triomphe qui nous conduisent au cours Héré puis au parc de la pépinière ; Eglise St Epure, palais ducal, qui sert actuellement de gendarmerie, chapelle ducale, le gouvernement, résidence du général ; les rues sont larges, coupées par d’autres de la même longueur et largeur. Nous avons quitté Nancy le 4 octobre pour aller à Epinal. Nous n’y sommes restés qu’une heure. La Moselle traverse la ville d’Epinal à Besançon.
Arrivés à 9h du soir, descendus à l’hôtel de l’Europe rue St Pierre, visité un très ancien édifice appelé la mairie

Page 009 - qui réunit chambre des Communes, etc. Le Doubs traverse la ville et la sépare en deux parties. Du côté de l’Avenue Carnot on voit un pont très long, du côté du jardin public, le lit de la rivière est dans un endroit plus élevé de sorte que les eaux, en s’écoulant, produisent un bouillonnement écumeux. Nous avons remarqué dans le square Amour le buste de l’Amiral Devarenne. Nous avons quitté Besançon lundi 5 octobre pour nous rendre à Moncharet et Pontarlier.
Le pays commence à être très accidenté déjà, on comprend que nous approchons de la Suisse. Nous coucherons ce soir à Lausanne. Vallorbe[4], visite de la douane. Arrivés à Lausanne à 9h, descendus [à] l’hôtel du Grand Pont, près des postes et messageries. De Lausanne à Genève, visite de l’exposition et remarqué surtout le village suisse. De Genève à Chambéry,

Page 010 - nous avons eu 1h ½ d’arrêt et avons visité la ville à la lueur des becs de gaz ; petite ville traversée par une rivière nommée L’Ess [5]; remarqué un beau lycée et école normale.
Arrivés à Grenoble, le 7 octobre à 10h [du] soir. Le lendemain à 6h nous allions à la Grande Chartreuse. La route qui y conduit est fort belle ; pour aller nous avons pris celle de St Laurent du Pont. Le paysage est superbe, nous avons traversé différents petits villages où l’on changeait nos chevaux, à un moment nous en avions assez. A cet endroit, la route devient de plus en plus sauvage ; nous avions à notre droite d’immenses gorges, des sapins d’un vert sombre au pied desquels roulait avec bruit un torrent. Notre voiture longeait le bord avec précaution, car le moindre écart nous aurait précipités dans le gouffre. Arrivés à la route appelée le Désert, nous avons trouvé successivement 4 longs tunnels creusés dans la montagne. Il est difficile de trouver un paysage plus

Page 011 - imposant. A 10h, nous avons traversé une épaisse brume. On voit le Grand Som[6], le point le plus élevé de la Grande Chartreuse. A 11h½  nous arrivions du monastère qui se trouve à droite et, à gauche, la maison des religieuses. C’est là que j’ai déjeuné seule, car malgré mes prières on a refusé d’y admettre mon mari qui a mangé chez les Pères. A 2h½  nous repartions par la route du Sappey, non moins belle, mais moins sauvage que celle de St Laurent. Distillerie Bonnal[7] à St Laurent-du-Pont ; c’est un ancien chartreux qui exploite à son bénéfice le secret des Pères. Nous n’avons pas eu le temps de visiter la ville parce nous étions forcés de rentrer à Toulon, le congé de mon mari étant expiré.



[1] Il s’agit de l’Hôtel Daunou, rue Daunou
[2] Coffre précieux où l'on conserve les reliques d'un saint
[3] Commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne (à 22 km de Charleville-Mézières)
[4] Poste frontière entre la France et la Suisse
[5]  S’écrit Leysse en réalité
[6] Sommet du massif de la Chartreuse (Isère) culminant à 2 026 m
[7] S’écrit Bonal en réalité






Lectures pour comprendre Léontine :



FIN.


15 commentaires:

  1. Quelle chance d'avoir ce superbe document, quelle émotion

    Je vais faire ma curieuse, tu as la suite du voyage à Alger ? Rue rovigo, je connais, j'ai des ancetres dans le coin à cette époque, la maison Isnard aussi, alors je voulais en lire plus, et je n'ai pas trouvé la suite :) Si ca se trouve ton arrière arrière grand mère a cotoyé une de mes ancêtres :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Brigitte, quelle émotion !
      Découvrir ses ancêtres de cette manière, je ne vois rien de mieux !
      C'est amusant de savoir que nos ancêtres se sont peut être croisés à l'époque ! Malheureusement je n'ai rien d'autre sur le voyage à Alger dans ce carnet qui est entièrement en ligne ! Mais j'ai d'autres trésors dans mes cartons... Peut-être y trouverai-je une mention d'Alger !

      Supprimer
  2. Oua c'est magnifique comme document que d'émotions. Je rêve d'une telle découvert :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que çà a été une grande émotion quand j'ai découvert ce trésor ! et même après au fil des pages... les larmes n'étaient pas loin !

      Supprimer
  3. Précieux document, qui nous rend très présentes les angoisses de cette mère durant la guerre de 1914-1918. C'est extraordinaire de découvrir ses ancêtres de cette façon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Dominique, je suis d'accord avec toi. C'est un beau cadeau que de pouvoir découvrir la vie de mes arrières-arrières-grands-parents ainsi.

      Supprimer
  4. Coucou Marine,
    Bravo pour cette trouvaille ainsi que pour le partage. C'est non seulement très émouvant mais aussi très intéressant historiquement. Vivement la suite ! ;-)
    Bises
    Pat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Patricia. J'y travaille , j'y travaille. J'espère pouvoir publier la suite en mars ! ... ainsi que d'autres documents tout aussi précieux !

      Supprimer
  5. Bonjour,
    Merci pour ce partage en ligne des pages du journal de Léontine.Ce document est une magnifique pépite.J'imagine sans peine le plaisir de la découverte et l'émotion à la lecture.
    Une question: des albums photos avec ce journal?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Philippe,
      Merci pour votre commentaire.
      Je n'ai malheureusement pas de photos datant de cette époque mais j'ai d'autres trésors que je vous ferai partager rapidement... :)

      Supprimer
  6. Superbes documents, un trésor votre blog et articles de ce dernier. Bonjour belge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Louisette, et merci pour votre commentaire qui me fait bien plaisir. Et bonjour à la Belgique !

      Supprimer
  7. Merci pour ce partage ! En plus de l'émotion exprimée, votre aïeule avait une belle plume.

    RépondreSupprimer
  8. Merci Jean-Michel, j'apprécie votre commentaire. C'est vrai qu'elle écrivait bien !

    RépondreSupprimer
  9. Quel trésor que ces journaux ! C'est toujours une grande chance d'avoir pu conserver de tels documents dans une famille. Un trésor familial, mais aussi historique, sociologique. C'est passionnant et émouvant. Bravo et merci pour ce partage. Et merci à Céline de m'avoir orientée vers votre domaine :-)

    RépondreSupprimer